Deux jeunes entrepreneurs français pourraient bien avoir perfectionné l’art de louer des locaux commerciaux vacants au Québec. Leur entreprise PotLoc, qui a vu le jour sur le Plateau Mont-Royal, suscite déjà de l’intérêt partout dans la Belle province.

law

Par Reynaldo Marquez, avocat.

« L’emplacement, l’emplacement et l’emplacement  ». Cette leçon classique du marketing semble être encore plus d’actualité depuis la création de PotLoc.

Rodolphe Barrere et Louis Delaoustre ont fondé PotLoc afin de revitaliser l’avenue Mont-Royal où les pancartes « À louer » sont encore trop nombreuses sur la façade des commerces vacants. Dans le cadre de leur projet d’affaires, les deux comparses dans la vingtaine ont placé les citoyens au coeur de leur action commerciale.

Voici à quoi ressemble une boutique PotLoc
Voici à quoi ressemble une boutique PotLoc

C’est ainsi qu’au mois de décembre 2013, ils ont investi le local vacant situé au 1846 avenue Mont-Royal Est, pendant une bonne semaine. En compagnie des membres de leur équipe, ils ont décoré l’endroit aux couleurs vives de leur entreprise et l’ont rebaptisé momentanément « la boutique PotLoc ».

Durant les sept jours qui ont suivi, ils ont demandé aux résidents du quartier quel type de magasin ils souhaiteraient voir implanter dans ce local vide, en les invitant à entrer dans leur boutique pour voter pour le commerce souhaité. Par le fait même, les participants ont eu droit à une bonne tasse de café pour se réchauffer et ainsi fuir l’hiver, l’instant d’un vote.

En tout, 532 passants ont répondu à l’appel. Une centaine de personnes ont voté en ligne. Les participants se sont prononcés principalement en faveur d’une épicerie biologique. Une galerie d’art a été le second choix le plus populaire.

L’idée d’affaires à Louis et Rodolphe semble avoir fait l’unanimité médias québécois puisque, chose rare, ils ont capté simultanément l’attention de la presse francophone et anglophone québécoise. 

Le 24 heures et le journal Le Plateau leur ont consacré la une. La radio de Radio-Canada et CIBL les ont interviewés. L’émission phare de la presse anglophone à Montréal, diffusée la semaine sur les ondes de CBC Radio One, les a également reçus. Il est possible d’écouter leur entrevue avec l’animateur vedette Mike Finnerty ici même.

En dépit de leur horaire chargé, Rodolphe Barrere et Louis Delaoustre ont gentiment accepté de répondre à quelques questions sur ForcePME.com, au sujet de leur entreprise, PotLoc, dont le nom renvoi directement au fameux repas-partage qui est très en vogue en Amérique du Nord.

Rodolphe et Louis sont tout sourire!
Rodolphe et Louis sont tout sourire!

1. Comment définissez-vous PotLoc?

Louis : « Notre objectif consiste à redonner la parole aux citoyens pour qu’ils puissent construire un quartier à leur image, en choisissant le type de commerce qu’ils souhaitent voir implanter dans leur secteur. C’est pour cela que nous disons que les citoyens sont au coeur de notre action.»

Rodolphe : « PotLoc met en relation quatre intervenants qui, en principe, ne se parlent pas : les citoyens, les propriétaires de locaux vacants, les commerçants et les arrondissements », explique-t-il. Tous ces intervenants y trouvent leur compte ».

2. Que gagnent-ils?

Rodolphe : « Pour les résidents , c’est intéressant parce qu’en votant, ils pourront avoir les commerces de proximité dont ils ont véritablement besoin. Pour les propriétaires aussi c’est intéressant, parce qu’en connaissant les besoins des résidents, ils pourront louer leur local au bon commerçant, celui qui restera à long terme. »

Louis :  « Pour les commerçants, cela leur permet de trouver l’emplacement idéal où il y a un véritable besoin pour leurs produits et services. Ultimement, cette interaction entre citoyens, propriétaires et commerçants va bénéficier aux arrondissements qui souhaitent revitaliser leur quartier.»

3. Comment vous est venue votre idée d’affaires?

Louis : « Cette idée nous est venue d’un constat que nous avions fait chacun de notre côté, à savoir qu’il manquait un magasin qui puisse répondre à nos besoins respectifs dans notre quartier, explique Louis. Par exemple, Rodolphe est un musicien. Il trouvait qu’il manquait un magasin de musique dans le coin. Et moi, comme je fais beaucoup de sport, je trouvais qu’il manquait un magasin de sport dans le quartier », explique-t-il.

Rodolphe : « Il faut savoir que sur l’avenue Mont-Royal, il y a en ce moment une vingtaine de locaux commerciaux vides. En échangeant sur le sujet, Louis et moi nous sommes demandés ce que les autres citoyens de notre quartier voudraient avoir comme commerces sur notre avenue. Voulaient-ils d’une boulangerie? D’un magasin de musique? D’un magasin de sport? D’une épicerie? C’est donc de cette façon que  l’idée de PotLoc a germé dans notre esprit », renchérit Rodolphe.

Un soir, en discutant autour d’un verre, Louis et Rodolphe, ont précisé leur concept d’affaires, qu’est devenu Potloc. C’était en septembre 2013.

4. Qui sont vos clients?

Rodolphe : « Nos clients sont les propriétaires de locaux commerciaux vacants et qui souhaitent les louer à des commerçants potentiels. Par exemple, les propriétaires qui peinent à louer leurs locaux pourraient bénéficier énormément des services de PotLoc, puisque notre entreprise les aide à mieux cibler le genre de commerces que les citoyens souhaitent voir implantés dans leur quartier. D’ailleurs, nous leur remettons un rapport détaillé sur nos résultats », affirme Rodolphe.

Louis : « Nous ciblons aussi les sociétés de développement commercial d’un quartier donné, plus communément appelées des « SDC ».  Les SDC sont des associations sans but lucratif qui ont pour mission le développement économique de leur quartier. Elles sont intéressées à ce qu’il y ait des commerces viables qui s’installent dans les locaux vides. Plus il y a de commerces viables, plus le développement économique de leur quartier est possible », avance Louis.

5. Quels sont vos plans à moyen terme?

Louis : « Actuellement, nous envisageons de travailler avec d’autres artères commerciales, dont celles de Hochelaga-Maisonneuve, du centre-ville et de Griffintown. »

Rodolphe : « Nous sommes aussi en pourparlers avec la Ville de Longueuil. Disons que PotLoc nous occupe pas mal, ces temps-ci. Nous sommes actuellement très sollicités par divers intervenants et nous sommes heureux de voir qu’ils se sentent interpellés par notre concept. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s